Strandbeests, The New Generation (Expo)

  • exposition

Theo Jansen

Pays-Bas

  • Artistes internationaux

EXPO DU 1ER OCT 2022 AU 1ER JAN 2023

  • Du mer au lun de 11h à 18h
    Musée des Beaux-Arts
  • Tous les jours de 8h à 18h
    Jardin de l’Hôtel de Ville

BESTIAIRE DE PLAGE

Des petites bêtes à manipuler, des grosses créatures à admirer: rarissime présentation en France du travail de Theo Jansen, cette exposition permet de plonger dans l’œuvre de ce génial sculpteur et inventeur. Ses Strandbeests, structures articulées, se déplacent avec aisance de manière autonome, grâce à la seule force du vent. Construites avec de simples tubes et des matériaux de récupération, elles impressionnent par leur anatomie et leur dimension spectaculaire. Après avoir créé cette rétrospective avec le Kunstmuseum de La Haye, Jansen dévoile ici ses techniques et son étonnant parcours.


Theo Jansen

FORCE DE LA NATURE

Il faut imaginer Theo Jansen, 74 ans, dans son environnement naturel aux Pays-Bas: une plage immense de sable blanc du côté de La Haye, un ciel d’une intensité telle que les artistes de toutes les époques se sont essayés à le reproduire, et des nuages si différents que la langue néerlandaise donne des noms à chacun. Là, l’artiste héritier de l’art cinétique et des concepteurs d’automates, transforme la plage en laboratoire de recherche où se déploient ses monumentales créatures. Ingénieur de formation, Theo Jansen s’inspire de la sélection Darwinienne: après modélisation numérique, seules les créatures les plus performantes et rapides sont sélectionnées pour être construites et enfin mises en mouvement par le souffle du vent sur les bords de la mer du Nord. Les images de ses performances ont fait le tour du monde et ont été vues par des millions de personnes.

FAB+

UNE GÉNÉALOGIE

Les Strandbeests sont bien plus que des objets d’art. Theo Jansen s’efforce de créer réellement la vie dans le but ultime de laisser vivre ses créations sans aide, en grands troupeaux, sur la plage. Il se rend compte que ce ne sera pas une réalité à court terme, il a clairement exprimé son rêve dans une interview au National Geographic : «Donnez-moi encore quelques millions d’années et mes Strandbeests vivront complètement seuls ». Au cours des dernières décennies, Jansen a continué à développer les bêtes de plage –il distingue désormais douze générations– et a ainsi franchi de nombreuses étapes vers cette indépendance. Chaque nouvelle espèce a reçu un nom latin comme Animaris Vulgaris, Animaris Rhinoceros ou Mater Extensa. Dans la période la plus récente, Volantum (2020/2021), une variante volante a été développée avec Ader, la première Strandbeest de cette génération, en écho au pionnier et inventeur de l’aviation du xıx e siècle Clément Ader.