Billetterie

Bal(l)ades aux confins

  • Aventure
  • Production FAB

Grégory Edelein

Belgique

  • #paysages aux frontières
création
04h00
5€
Inaccessible aux PMR et poussettes
Le 8 octobre
À 10h00
pa(ysa)ge // lieu précisé lors de l'achat des billets
Le 14 octobre
À 10h00
bal(l)are des flux // lieu précisé lors de l'achat des billets
Le 15 octobre
À 10h00
(un havre de paix) // lieu précisé lors de l'achat des billets
Pour Deleuze et Guattari, « un territoire emprunte à tous les milieux, il les prend à bras le corps (bien qu’il reste fragile aux intrusions) ».

Les Bal(l)ades aux confins
seront en quelque sorte cette intrusion dans le territoire, pour explorer les paysages aux frontières, aux antipodes de la métropole en trois lieux aux ambiances singulières. Nous emporterons avec nous deux parenthèses démesurées pour tenter de révéler les liens entre typo et topo graphie, porter notre attention sur les détails ou ouvrir des digressions. Enfilez vos chaussures de marche et prévoyez votre pique-nique, nous partons en ba(l)lade.

Bal(l)ade aux confins – Villenave d’Ornon : remerciements à Lousie Bouchet (PASSEURS paysagistes)

 

 


Article présent dans le Supplément Inrocks

 

EXPLORATIONS IMMERSIVES
Les parenthèses, entre l’envie de protéger et le besoin d’exclure.

 

Mettre le “monde” entre parenthèses : c’est à ce jeu obscur que se livre l’artiste Grégory Edelein à travers son projet (entre). Pourquoi mettre des objets, mais aussi des temps, des lieux, du paysage entre deux parenthèses démesurées de 2,5 ou 5 m de haut ? Pour en révéler la présence cachée, les sauver de l’oubli, les sortir de l’indifférence ? Les parenthèses traduisent à la fois l’envie de protéger et le besoin d’exclure. Pour l’artiste, ce geste d’encerclement a une fonction de révélation autant que de questionnement d’une présence. Encercler des choses, c’est mieux les cerner, c’est voir autrement. C’est aussi penser différemment, dès lors que l’on déborde le champ des objets pour explorer l’espace du temps et des mots. “La parenthèse ouvre et referme un espace séparé, à l’écart de son contexte, indépendant et libre de s’accorder, de digresser ou de divaguer, explique Grégory Edelein. Se plaçant et se déplaçant librement, elle a pour caractéristique fondamentale d’être mobile. C’est donc un espace de liberté potentielle, dans lequel tout devient possible puisque dans un écart : une marge mobile qui s’immisce à l’intérieur de différents corps.
Formé d’abord à l’école du cirque puis à la danse contemporaine, aujourd’hui attaché au médium photographique qui consigne les traces de ses explorations, Grégory Edelein propose un récit artistique nourri de toutes ses expériences, à la fois conceptuel, ludique, sensuel et matériel. Le FAB lui a proposé de composer des Bal(l)ades… pour explorer les “paysages aux frontières” de la métropole. Une parenthèse enchantée.

 

Jean-Marie Durand

Grégory Edelein

Artiste polyvalent issu du spectacle vivant, GRÉGORY EDELEIN mène un travail qui s’affranchit des disciplines. Avant tout guidé par la[...]

Voir la fiche de l'artiste

Distribution

Production Grégory Edelein, Festival International des Arts de Bordeaux Métropole

FAB+

(entre) exposition de Grégory Edelein
Institut Culturel Bernard Magrez
du 6 au 22 oct
du ven au dim
13h – 18h